Autres, healthy lifestyle

Stop Body Shaming : apprendre à aimer son corps (+ mon histoire) !

stop body shaming

Hello mes choux,

Cela fait longtemps que j’avais envie d’écrire un article « sérieux » sur l’acceptation de soi, de son corps, et surtout sur ce qu’on appelle « le body shaming ». J’ai toujours hésité à écrire cet article parce que je ne veux pas mettre certains lecteurs mal à l’aise, et puis je ne veux pas non plus  en froisser d’autres (oui parce que quand j’écris sous l’émotion, je ne suis pas la plus diplomate du monde).

Seulement voilà, hier, j’ai échangé avec une blogueuse sur l’apparence de soi, et je me suis dit que ce n’était plus possible de me taire. Je ne cherche pas à devenir un gourou ou autre, mais simplement à contrecarrer les dictats qui planent autour de nous au quotidien concernant l’apparence de soi, la minceur et autre.

Je vais essayer d’abord de vous raconter mon histoire (vous êtes d’ailleurs nombreuses à me demander comment j’ai fait pour retrouver un corps « normal » etc, donc c’est le moment d’en parler), pour contextualiser le tout.

Depuis toute jeune, j’ai toujours eu des problèmes par rapport à mon corps et par rapport à l’alimentation. Quand on est petits, on est pas souvent sympas entre nous, et on ne réalise pas les conséquences de nos actes. Des remarques sur ma manière de m’habiller, sur mes formes au-dessus de la moyenne (à savoir, les filles ultra fines de la classe), sur mes origines, etc, dieu sait combien j’en ai eu. J’ai été un bouc-émissaire aussi à une certaine époque, ce qui m’a fait tomber en dépression sévère et poussé à vouloir disparaître définitivement de ce monde (je remercie d’ailleurs ma famille de m’avoir sauvé). J’ai pas eu une enfance facile à l’école et en grandissant d’années en années, ça ne s’est pas arrangé jusqu’à un moment où j’ai décidé de reprendre les choses en mains…mais de la mauvaise manière. J’ai énormément souffert et j’ai été depressive et instable pendant un très long moment. Mes solutions pour contrer les moqueries et les remarques déplacées sur mon apparence, ont été de faire de plus en plus attention à mon assiette, sauf que j’ai fini par soit trop manger, soit me faire vomir par moment. J’ai été sombre pendant longtemps, je me mutilais le corps et surtout les endroits où j’avais des vergetures. Je n’avais pas une façon de m’alimenter qui était « saine ». J’étais sur des sites « pro-ana » (pro-anorexique) où je partageais mon malheur et aves les filles en ligne, on s’encourageaient à ne pas manger. J’ai réussi à maigrir, à avoir un corps mince. Les critiques ont cessé à ce niveau là, mais ont dévié ailleurs (mes vêtements, etc). Les critiques des personnes mauvaises et mal intentionnées sont sans fin, et c’est ça que j’ai mis longtemps à comprendre ! 

En sortant de l’école, le regard que je portais sur mon propre corps…était complètement erroné. J’étais grosse, moche et bête. Puis, je suis arrivée à l’université, et j’ai rencontré mon monsieur, je pesais 51kg pour 168cm. Les débuts ont été difficiles, mais il m’a aidé à réapprendre à me nourrir de tout, à ne plus me priver, à ne plus voir la nourriture comme quelque chose de mauvais pour moi.

Malheureusement, il y a environ 4-5 ans, j’ai fait une grave dépression et mon remède cette fois-ci, c’était la bouffe. Je mangeais littéralement mes émotions. De là, les remarques et les critiques des gens sur mon corps sont revenues. On m’a traité d’obèse, de visage joufflu, on me demandait pourquoi je ne me prenais pas en mains, on me demandait si j’étais malade, et surtout le pire était d’entendre « mes ami(e)s » me dire que « j’étais quand même pas mal grosse ». Ma dépression n’a fait que croître, j’étais sous anti-dépresseurs, j’étais accro au Xanax, je n’étais plus que l’ombre de moi-même. Au bout d’un an et demi de dépression, j’ai pris environ plus de 20kg, et j’ai tenté de mettre définitivement fin à mes jours en essayant d’avaler les médicaments de ma salle de bain. Heureusement, ce jour-là, mon monsieur est arrivé à temps pour me sauver.

J’ai entamé une thérapie forcée, et…aujourd’hui, mon psy c’est mon sauveur (en plus de mon monsieur), il m’a réellement sauvé de mes idées noires, de la vision mauvaise et toxique que j’avais de moi. Je continue à le voir de temps en temps d’ailleurs ! Par après, ma grand-mère m’a fait une remarque sur mon apparence, et là, j’en ai eu marre et j’ai tout simplement décidé de me reprendre en mains. J’ai entamé le régime Weight Watchers et j’ai continué ma thérapie. J’ai perdu 25kg en un an et demi ! 

Aujourd’hui, je suis à fond dans le mode de vie « healthy » et surtout végétalien parce que j’ai besoin de ça pour me sentir bien. Je fais toujours attention à ce que je mange, et surtout aux portions que je prends. J’ai appris à me forger un mental pour passer au-dessus des critiques des autres, pour surtout me refaire confiance et me sentir belle un peu plus chaque jour. Je suis toujours un peu ronde aujourd’hui, mais punaise, je suis en bonne santé, je suis une fille intelligente et qui a un bon coeur. OUI j’ai de la cellulite, OUI j’ai des vergetures et OUI je ne fais pas un 36-38, mais bordel…. est-ce que cela devrait me définir réellement dans la société ? 

stop body shaming

Je tenais à vous raconter mon histoire parce que je sais bien que ça étonne toujours les gens. Et aussi parce que les personnes qui critiquent ne se rendent pas souvent compte des conséquences que ça peut engendrer ! Mais surtout, parce que le jugement des autres ne doit pas compter sur vos choix ! Si vous avez des problèmes avec votre apparence mais que cela vous pose un problème à vous, alors entreprenez les choses pour changer. Mais faites cela uniquement pour vous et pas pour les autres ! Si, au contraire, vous vous sentez belles comme vous êtes, alors profitez de la vie et continuez à construire votre chemin ! Notre société nous conditionne tellement, l’idée de la femme parfaite aujourd’hui, c’est d’avoir une bonne paire de seins, un bon cul ferme, faire 1m80 et porter un jean taille 36. Non mais honnêtement, ce n’est que du fake et un homme qui n’est pas capable de vous accepter telle que vous êtes, et bien c’est next ! Il ne mérite absolument pas votre attention. Vous savez quand j’ai perdu tout ce poids, mon monsieur me trouvait un peu trop mince, puis avec le temps j’ai quand même repris quelques kilos, et aujourd’hui, il me trouve parfaite et sincèrement je le crois !

Une autre chose que j’ai envie de vous dire c’est : devenez égoïste ! Pensez un peu plus à vous. Combien de fois on ne m’a pas dit que j’étais égoïste de ne pas venir à une soirée parce que je privilégiais ma séance de sport ? Combien de fois on ne m’a pas trouvé « cool » parce que je refusais de boire de l’alcool ? Combien de fois on ne m’a pas compris quand je disais « non » pour une énième sortie au resto ? Il faut non seulement apprendre à dire non, mais il faut aussi devenir égoïste, prendre ce temps pour vous, osez mettre certaines choses en priorité même si d’autres ne vous comprendront pas !

Je vous avoue, j’ai aussi des hauts et bas, des moments où le regard des autres me touche, mais je me pose les bonnes questions (ces gens me connaissent-ils vraiment ? Savent-ils ce que je vis ? Comptent-ils vraiment à mes yeux ? Cette situation est-elle grave ou déterminante de mon avenir ?) et, au final, je fini par me dire que « ces autres » ne sont clairement pas mieux que moi et que j’ai mieux à faire dans ma vie !

stop body shaming

On est toutes différentes, nos métabolismes le sont aussi. Certaines pourront manger des crasses et ne rien prendre, d’autres stockent beaucoup plus vite et brûlent plus lentement. Mais, nous sommes toutes des femmes au bout du compte, et il faudrait se soutenir et avancer ensemble plutôt que, parfois, se tirer dans les pattes et se juger sur le nombre de kilos pris pendant les vacances. Honnêtement, ça me fatigue et, ca m’est arrivé d’être l’une de ces bitch, tout simplement parce que je ne fréquentais pas les bonnes personnes pour moi. C’est aussi important de fréquenter des personnes qui ont les mêmes valeurs que vous, parce que ces personnes vous soutiendront vraiment dans chaque étape de votre vie.

Comme je le dis souvent, je suis persuadée que vous aimez des choses chez vous, mais que vous n’osez pas en être fières. Notre société nous conditionne à pointer du doigt les choses négatives en nous, à toujours devoir dire ce qui ne va pas chez nous, à devoir établir la liste de nos complexes. Mais…au contraire, si vous aimez votre regard, vos lèvres, vos jambes, votre décolleté, mettez-les en avant ! Soyez-en fières ! Nous sommes naturellement imparfaite, mais osons dire aux gens que nous aimons telle et telle choses en nous !

Enfin, éliminez les personnes toxiques, et n’hésitez pas à remettre les gens en place quand il le faut. Il y a différents profils dans l’entourage : la personne qui fait un 36 mais qui vous dit « mais non tu es bien comme ça, tu ne dois pas maigrir » ou « tu te fais des films », mais elle-même fait méga attention à elle. C’est typiquement l’attitude d’une personne qui veut être supérieure par rapport aux autres. Elle ne sera jamais honnête avec vous, tout simplement pour se sentir bien mieux vis-à-vis de vous. Vous devez rester « l’amie moche » pour qu’elle soit mise en valeur ! Puis, il y a celle qui tient à peu près le même discours, mais…qui est dans votre situation et qui ne veut tout simplement pas perdre sa bonne copine qui a les mêmes problèmes d’apparence. Elle refuse de vous aider et de voir la réalité autant sur vous que sur elle. Cette personne ne vous fera absolument pas avancer, et vous mettra des bâtons dans les roues dans votre processus d’acceptation de soi, tout simplement pour ne pas être seule. Ensuite, il y a les personnes réellement mauvaises et jalouses par gratuité. Bon, autant vous dire qu’elles ne servent à rien. Enfin, il y a vos vraies amies, qui ne vous diront pas que vous avez raison ou tort, mais qui vous diront tout simplement « tu vas y arriver, je suis avec toi à 100% ». Elles sont à garder précieusement !

On m’a souvent demandé : « et la famille ? ». Oui, ce n’est pas facile mais honnêtement, si vous voulez changer, elle acceptera. Ma mère a eu du mal à s’adapter, surtout quand je venais manger à la maison. Vive la bonne cuisine sicilienne plein d’huile (ahaha). Mais, au fil du temps, je lui expliquais et elle s’adaptait. Concernant mon monsieur, il m’a soutenu à fond, et quand il voulait des crasses, il prenait soin de me demander si ça ne me dérangeait pas. Mais, au fil du temps, il a réalisé les conséquences néfastes sur la santé de ne pas vivre « healthy », et il a décidé tout seul de faire attention à ce qu’il mettait dans son corps. Et puis, vu que je suis souvent en cuisine, je préparais des plats sains et peu gras, et c’était comme ça et pas autrement. S’il voulait un plat bien gras, ben…il pouvait le manger mais dehors, sans moi ! Faut aussi arriver à s’imposer et ne pas tout le temps vouloir être « cool » en acceptant tous les caprices. Quand la santé est en jeu, désolé mais y a pas de débats qui tiennent !

Pour terminer, je vais parler d’un sujet délicat : la motivation. J’entends souvent des phrases « j’ai pas la motivation », « je n’y arrive pas », « comment avoir la motivation ? ». Honnêtement, étant passée par là, y a pas de secret, la motivation tu l’as ou tu l’as pas. Elle arrive via un vrai déclic et parfois ça met du temps. Aujourd’hui, j’ai du mal avec les personnes qui rejettent la faute sur un tas de raisons : « avec le travail c’est pas facile », « quand t’as une famille c’est pas évident », « c’est à cause de mon conjoint, il ne m’aide pas », « c’est à cause de la pilule », etc. Bon, il faut clairement arrêter, se poser, se regarder intérieurement et écrire les vraies raisons qui font que ça ne marche pas ! Il faut surtout ne plus se mentir à soi-même, être 100% honnête avec soi, et décider de changer vraiment, en ne trouvant plus d’excuses possibles. Ce n’est pas facile, mais c’est la réalité. Moi, à l’époque, j’étais étudiante, je préparais la veille ma bouffe du midi, je comptais mes journées à l’avance, etc. C’est chiant mais il le faut, et après ça finit par devenir une routine. 

Quoi qu’il en soit (et désolé pour ce long article), la société nous ment sur l’apparence qu’il faudrait avoir. Les personnes qui ne peuvent ou ne veulent pas vous comprendre et vous soutenir, il faut les éviter. Nous sommes réellement toutes belles à notre manière. Nous devons mettre en avant ce que nous aimons en nous ! Essayez de vous dire chaque jour que vous êtes belles, et vous finirez par gagner en confiance ! Enfin, n’y a-t-il pas plus important dans votre vie que votre corps ? Que votre apparence ? Que le regard des autres ? Je pense que si ! Si vous pensez qu’il vous faut changer, alors mettez toutes les chances de votre côté.

Mais, souriez parce que vous êtes belles 🙂

Publicités

4 thoughts on “Stop Body Shaming : apprendre à aimer son corps (+ mon histoire) !”

  1. J’ai trouvé ton article très touchant et très complet. Je pense que ça aidera beaucoup de monde en perte de repères.Rien ne vaut l’expérience personnelle pour apprendre! Merci

  2. Merci pour ton article, cela fait un bien fou de lire ton article ! Avec des mots simples, tu exposes ce que tu as vécu et comment tu t’en es sorti. Motivation et entourage sain, cuisiner et se prendre en main, c’est exactement ça… Bonne continuation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s